lundi 6 février 2017

Dans l'angle mort de la vente directe

On manque quand même passablement de data dans le music business. A peine parvient-on à apprécier à peu près correctement, en 2016, la part de marché réelle des indépendants sur un certain nombre de marchés.  Aucun indicateur, en revanche, sur ce qui constitue certainement une part de moins en moins négligeable des ventes de musique : celles qui se font en direct, sur des plateformes comme Bandcamp.



Si on se fie aux performance de cette plateforme Direct-to-fan leader sur son marché, le moins qu'on puisse dire est que le secteur de la vente directe est en pleine croissance. Bandcamp a vu ses ventes d'albums en téléchargement progresser de 20 % en 2016, ses ventes de titres de 23 %, et ses ventes de merchandising de 34 %. Même ses ventes physiques, tirées sans surprise par le vinyl (+ 48 %) , sont en progression : de 14 % pour les CD, et de 56 % pour les cassettes.

Les artistes Do It Yoursel, qui sont plusieurs centaines de milliers  de plus à avoir rejoint la plateforme en 2016, ne sont pas les seuls à en profiter. Plus de 2000 labels indépendants ont également franchi le pas l'an dernier.  Le nombre de fans enregistrés a triplé en l'espace d'un an. Ils achètent de la musique toutes les trois secondes, 24h/24h et 365 jours par an.

Au total, Bandcamp, qui retient une commission de 15 % sur les ventes et vient de connaître son 17ième trimestre bénéficiaire, a déjà reversé près de 200 millions de dollars aux artistes et aux labels, et continue à leur rapporter entre 5 et 6 millions de dollars chaque mois.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire